TPN | Supernova #4
18139
page-template-default,page,page-id-18139,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

Supernova #4

Supernova #4

Pour la deuxième année, le Théâtre du Pont Neuf participe à Supernova : festival de la jeune création Toulouse-Occitanie, organisé par le Théâtre Sorano.

Pour réserver vos places : http://theatre-sorano.fr/supernova/

Le 6 et le 8 novembre à 18h30

Le Gang : une histoire de considération
Compagnie La Lanterne [ALENYA / OCCITANIE]

de Marie Clavaguera-Pratx

Mettre en scène, c’est réunir un groupe pour faire collectivement quelque chose qu’on ne peut pas faire seul. Voilà le point de départ.
Alors braquage et mise en scène, même combat… Marie Clavaguera-Pratx s’empare de l’histoire mythique du Gang des Postiches. Cette histoire, la presse, la Préfecture de Police, les gouvernements successifs, la mémoire populaire se la sont racontée. Bien de l’encre a coulé pour tenter de percer le mystère de ces copains d’enfance de Belleville et de Montreuil qui ont tantôt été considérés comme des hors-la-loi, des Robins des bois des temps modernes, des guérilleros urbains, des gauchistes révolutionnaires… De quoi au fond le Gang des Postiches est-il le nom ?
Quoi de mieux que la scène, ses artistes transformistes et leur savoir-faire pour nous révéler ce qu’il y a derrière les apparats… Tous au service de cette grande illusion qu’est le théâtre, ce braquage des sens et de l’esprit.
Dans le cadre du festival Fragments #7
Un projet accompagné par le réseau interrégional PUISSANCE 4.

Le 12 et le 13 novembre à 18h30

Molière
Compagnie L’éventuel hérisson bleu [HAUTS-DE-FRANCE]

Création collective

Molière. Meilleur ami ou pire cauchemar, sujet d’admiration, de fantasmes et d’indifférence. Molière nous hante tous. Molière. Celui avec qui on a commencé le théâtre à l’heure de la cantine, sous la direction d’une Conseillère principale d’éducation. Celui qui a donné son nom à une cérémonie qui récompense les gloires du théâtre français, et à une clause qui vise à s’assurer que les ouvriers travaillant dans le cadre de marchés publics maîtrisent la langue qui porte son nom. Celui qui travaillait pour le Roi et se moquait de ses ennemis. Celui qui
s’est marié, soi-disant, avec sa propre fille. Celui qui ne serait peut-être pas l’auteur de ses pièces. Celui sans qui nous n’aurions pas la Comédie française. Celui qui a écrit des pièces sur sa propre pratique d’artiste à la solde du pouvoir, en se jouant lui-même devant le Roi.
Molière est une figure éclatée, qui irrigue le monde. On peut trouver des morceaux de lui à peu près partout autour de nous. Des choses sublimes, des choses triviales. Ce sont ces fragments que nous ne pouvons rassembler que si nous créons à plusieurs, puisque nos désaccords sont le seul moyen de les faire coexister. Les pièces de Molière, c’est des gens qui ne sont pas d’accord. Et l’Éventuel hérisson bleu, c’est ça depuis dix ans : aimer travailler ensemble alors même qu’on n’est pas d’accord. Là où nous avons tendance à nous individualiser en tant qu’artistes nommables qui produisent une esthétique et une recherche nommables, nous avons besoin de prendre le risque du commun et de son possible échec.
Dans le cadre du festival Fragments #7

 

Le 20 et le 21 novembre à 18h30

Hamlet Safari
Compagnie 408 [CUGNAUX / OCCITANIE]

mise en scène : Etienne Blanc

avec : Fabien Bellec

Situé au carrefour du théâtral et du performatif, Hamlet Safari se conçoit comme un dispositif d’immersion progressive du spectateur dans le spectacle, afin de remplacer les véritables acteurs absents. Propulsés sur la scène par l’intermédiaire de leurs téléphones portables, ils sont contraints de réaliser une partition très précise qui doit déterminer l’avancée du spectacle. Hamlet qui agit comme un acteur qui ne connaît pas son propre rôle, c’est le point de départ de ce projet. Une dramaturgie de l’accident, ludique, qui produit
une réflexion sur le rôle, le jeu, le théâtre. Le spectacle joue alors de l’impossibilité de sa propre réalisation, de la mise en place de moyens de substitution pour en venir à bout. Dans son combat pour la vérité, Hamlet ne s’insurge-t-il pas lui-même contre le dispositif théâtral ?