TPN | En résidence cette saison
18173
page-template-default,page,page-id-18173,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

En résidence cette saison

 


* du 24 décembre 2019 au 5 janvier 2020

Compagnie Le Club Dramatique

Soon

Proposition théâtrale sur le numérique

Soon, ça veut dire « bientôt ». C’est quelque chose qui va advenir, dans un futur proche, une nouvelle façon d’être au monde, une façon de disparaître dans un monde saturé de connexions. Simon, véritable bernard-l’hermite humain rend compte de la rupture face à laquelle nous nous trouvons et qui bouleverse notre rapport aux autres, au monde et à soi.

 Soon est un solo théâtral sur le Numérique et la Solitude contemporaine. 

 

 

 

Genre : Théâtre / tout public à partir de 14 ans

Jeu : Simon Le floc’h

Mise en scène : Mélanie Vayssettes

Création soutenue par la MJC de Rodez


* du 11 au 23 février 2020

Compagnie d’Acété

Le cadavre dans l’oeil

Texte de Hakim Bah

La compagnie d’Acétés entame un compagnonnage d’auteur avec Hakim Bah, avec le soutien de la DGCA. Ce compagnonnage a pour objet principal une commande d’écriture autour du deuxième volet d’une trilogie de western electro africain. Dans le cadre de ce compagnonnage, la Compagnie monte une première pièce de Hakim Bah, dans une préoccupation d’exploration des œuvres des auteurs avec lesquels elle travaille.

Le Cadavre dans l’œil est un monologue nous plongeant dans les années sombres de la Guinée sous le règne de Sékou Touré. Les pendaisons publiques étaient monnaie courante. Le camp Boiro enfermait les prisonniers politiques et a vu mourir 50 000 personnes sous la torture ou par la diète noire (tuer un prisonnier par inanition, une mort par la faim et par la soif). Dany, le personnage de cette pièce, est né dans le camp Boiro, sa mère y étant emprisonnée. Il découvre son père pour la première fois pendue à un pont : le pont 8 novembre, temple des pendaisons sous le régime de Sékou Touré.

Genre : Théâtre-Hip/Hop-Beatbox

Texte : Hakim Bah

Mise en scène : Cédric Brossard

Avec : Achille Gwem (Comédien), Mic Lee (Human Beat Box & Loop) et Andy Andrianasolo (Danseur Hip-hop)

Scénographie : Patrick Janvier

Costumes : Lila Janvier

Lumière et régie : Etienne Morel

Production-Diffusion : Solen Imbeaud

Administration La Cuisine

Coproduction et accueils en résidence : La Chartreuse, Centre National des Ecritures du Spectacle – Villeneuve-lès-Avignon, Les Docks – SMAC du Lot – Cahors, Théâtre du Grand Rond – Toulouse

Le Tracteur – Cintegabelle, RAMDAM, UN CENTRE D’ART – Sainte-Foy-lès-Lyon, Le Théâtre du Pont Neuf – Toulouse et Le Théâtre des Doms – Avignon

Avec le soutien de La DRAC Occitanie, La Région Occitanie, Le Département du Lot, La Communauté de communes Cazals-Salviac et La SPEDIDAM.

Hakim Bah bénéficie d’une bourse d’Occitanie Livre & Lecture, dans le cadre d’une résidence partagée entre la Chartreuse – CNES et la cie Acétés pour la réécriture de cette pièce.

Page d’accueil


* du 25 février au 8 mars 2020

Compagnie Sur la Cîme des Actes

C’est l’histoire d’une…

texte de Romain Busson

C’est l’histoire d’un jeune qui fait des tentatives. Il nous raconte des histoires. Deux musiciens sont là et improvisent autour de ses récits. Une énergie positive se déploie sur le plateau. Une énergie qui va de l’avant, qui tente. Le personnage construit avec ce qui lui arrive. Il rêve, imagine, décris des parcours de vie.

Son positivisme est contagieux… Son humanisme nous transmet l’espoir. Il nous donne foi en nos échecs,

les transforme en expérience, il nous déculpabilise. Accepter de vivre ses échecs pleinement, c’est un tremplin pour notre propre réussite.

Genre : Théâtre-Musique

Texte et jeu : Romain Busson

Musiciens : Axel Lussiez et Antonin Busson

Création soutenue par le Festival ToGaether Paris et accompagnement dans l’écriture au Théâtre Sorano (Toulouse)


* du 17 au 29 mars 2020

Compagnie 13.7

Conférence rêvée… d’une femme ridicule

un solo de Charlotte Castellat

Marie-Sophie Mortel a trouvé le moyen d’aider les gens à devenir beaux et heureux. Elle a créé une méthode, qu’elle vient présenter et expérimenter devant son auditoire : sa Méthode pour un Deuil et une Métamorphose Appliqués ou M.D.M.A,  car les philosophes nous l’ont tous dit : il nous faut apprendre à mourir pour accéder au bonheur. Cette conférence est une plongée poétique au cœur du Deuil, des émotions qu’il déclenche, du cheminement personnel qu’il nous enjoint à faire. C’est aussi la quête d’un être fêlé, sa mise à nu : l’aveu de sa peur de la solitude en même temps que celui de son besoin des autres ; un cheminement dans l’intime et ses parts d’ombres, un rappel de la préciosité du sensible.

Genre : Théâtre pluridisciplinaire

Ecriture, mise en scène et jeu : Charlotte Castellat

Regards extérieurs : Morgane Nagir et Florian Pantallarisch

Création lumière / Régisseuse : Edith Richard

Décor : Jean Castellat

Administration : Compagnie L’Avis Mortel

Création soutenue par le Centre Culturel Bonnefoy (Toulouse) et le Théâtre des Mazades (Toulouse)


Saison 2019-2020

Compagnies accueillies en résidence

* du 15 au 17 novembre 2019

Compagnie 408

Hamlet Safari

d’après Hamlet de Shakespeare

Ce projet se présente comme une performance théâtrale participative qui, à partir de l’Hamlet de Shakespeare, propose une immersion du spectateur dans la représentation. Le spectacle commence par l’absence du spectacle. Lumières, musique, fumée, rien. Un spectateur complice, dirigé par téléphone, est propulsé sur la scène pour y jouer le rôle, vacant, d’Hamlet. Mais quand le téléphone coupe, le spectateur se retrouve au centre de la représentation, désarmé. Forcé d’improviser, il met ainsi le spectacle en péril. D’autres spectateurs sont alors appelés successivement pour interagir avec le spectateur/Hamlet et débloquer la situation. Il s’agit d’un dispositif performatif dont l’enjeu est, par la mise à nu du théâtre et de ses moyens, de s’interroger sur les notions de normes et de virtuosité.

Genre : Théâtre-Performance

D’après Hamlet de Shakepeare 

Jeu : Flavien Bellec et des spectateurs

Création plastique : Anaïs Van Overbeck

Collaboration artistique : Harrison Arévalo

Administration, production : Agathe Perrault

Création soutenue par : la Ville de Cugnaux, la Région Occitanie, la DRAC-Occitanie, dans le cadre d’un compagnonnage avec la Compagnie Tabula Rasa (Sébastien Bournac) et Le Studio Théâtre de Vitry.


* du 26 novembre au 1er décembre 2019

Compagnie Beaudrain de Paroi

Minetti

textes de Thomas Bernhard

Minetti est le deuxième volet du Triptyque sur Thomas Bernhard, après la création en 2017 de la pièce Le faiseur de Théâtre. Ce choix s’est imposé lorsqu’en 2016, j’ai pris la décision de m’aventurer dans l’univers de cet immense auteur, qui pour moi est la quintessence même du théâtre d’hier qui fait écho à celui d’aujourd’hui et certainement à celui de demain. Le souverain absolu dans le domaine de la tragicomédie…

Jean-Pierre Beauredon

Minetti Comme l’indique le sous-titre Portrait de l’artiste en vieil homme, est une réflexion sur le métier d’acteur, un retour sur une vie qui lui a été consacrée, sacrifiée. Ce quasi-monologue a d’ailleurs été offert en 1977 par Thomas Bernhard à son acteur fétiche, Bernhard Minetti, qui avait tenu le rôle principal de La force de l’habitude (1974) pour qui il aura notamment écrit le Réformateur en 1980.

Genre : Théâtre

Texte de : Thomas Bernhard

Mise en scène : Jean-Pierre Beauredon

Assistante mise en scène : Cathy Brisset

Avec : Alain Dumas, Jean-Pierre Beauredon, Corinne Mariotto, distribution en cours…

Scénographie/ lumières/ costumes : Eric Sanjou

Régie générale : Armand Manfred

Musique : Claude Delrieu

Représentations du 5 au 12 décembre au Théâtre du Pavé (Toulouse)

letracteur.canalblog.com