TPN | aperos-lectures
18764
page-template-default,page,page-id-18764,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

aperos-lectures

Pour notre quatrième apéro-lecture de la saison, nous avons le plaisir d’accueillir la Compagnie le Bruit des gens pour une lecture de Bérénice.
 
Mise en lecture : Olivier Jeannelle
Avec : Camille Petit, Ibrahim Hadj Taieb et Olivier Jeannelle
Durée : 1h10
 

« Titus qui aimait passionnément Bérénice, et qui même, à ce que l’on croyait, lui avait promis de l’épouser, la renvoya de Rome, malgré lui et malgré elle, dès les premiers jours de son empire. » Rien de plus simple et d’épuré en effet que l’intrigue de Bérénice. Dans Bérénice, il s’agit seulement d’expirer (dans tous les sens du terme), d’exprimer d’une parole faite de souffle, l’évidence de l’amour, l’évidence de la séparation et la violence de la douleur. Resserrant l’intrigue autour des trois protagonistes de ce huis clos terrible, qui « transforme peu à peu le cabinet des étreintes en un tombeau de l’union des corps (1)», c’est avec ce même désir de simplicité et d’épure que nous cheminons dans le texte de Racine, à la quête de ces moments où, comme le dit si bien Roland Barthes, « l’ombre va être pénétrée d’éclat (2) ».

(1) Dominique Moncond’huy, préface de Bérénice – Ed Table Ronde
(2) Roland Barthes, Sur Racine – Ed du Seuil

> Vendredi 18 mars | 19H30
 
 > Entrée libre et paricipation nécessaire
 
> Réservation fortement conseillée