TPN | La maison de bernarda alba du 5 au 7 septembre 20H30
18042
post-template-default,single,single-post,postid-18042,single-format-standard,bridge-core-1.0.4,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-child-theme-ver-1.0.0,qode-theme-ver-18.0.7,qode-theme-bridge,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.7,vc_responsive

La maison de bernarda alba du 5 au 7 septembre 20H30

La maison de bernarda alba du 5 au 7 septembre 20H30

Tarif Unique 6 €  – Ouverture de la billetterie le 19 août

La maison de Bernarda Alba
Drama de mujeres en los pueblos de España
de Federico Garcia Lorca
Atelier de création dirigé par Olivier Jeannelle, assisté de Carine Saux. 
Avec : Wendie Barrère, Emmanuel Cadenat, Sophie Cestac, Blandine Gasnier, Manon Gorra, Floriane Kidza, Marc Laporte, Romain Lavalette, Fabienne Meillan, Blanche Messerli, Christian Moutelière et Carine Saux.
« Le glas sonne dans un plein soleil aveuglant. Le rideau s’écarte sur le cortège funèbre du second mari enterré de Bernarda Alba, le père de quatre de ses filles. Il n’y a que des femmes dans cette « casa », de tous âges. Un huis clos se déroule dans l’âpre atmosphère de la cours où, les femmes sont recluses et l’amour frappé d’interdit. Jalousie, hargne, désirs et passions s’exacerbent à mesure que plane l’ombre envahissante d’un homme, source de tous les fantasmes. Pepe el Romano, telle est la bombe qui explose au milieu des rivalités, des frustrations et des perfidies …
L’ultime pièce de Lorca est aussi un pur chef-d’œuvre théâtral. Le poète devait mourir quelques mois après son écriture, exécuté par les franquistes, alors que le pays s’enfonçait, pour de longues années dans le mutisme et le silence. Ce même silence réclamé par Bernarda de la première à la dernière réplique de la pièce. La chape qui s’abat sur « la casa » devient dès lors l’allégorie de tout un pays bâillonné. »
Cette œuvre majeure impressionne. On entre en elle comme dans certaines cathédrales ! On sent que chaque chose est à sa place et qu’il faut commencer par respecter cet ordre agencé, se mettre au service de cette langue et du souffle chaud qui la sous-tend … Aucun décalage n’est souhaitable, aucune échappatoire envisageable, aucune posture possible : il faut jouer la pièce. Il n’y a pas d’autre option.
C’est ce que nous avons tenté, y compris avec certains de nos camarades poilus … !