tpn | LES COMPAGNIES FÉDÉRÉES
15509
page-template-default,page,page-id-15509,page-parent,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

LES COMPAGNIES FÉDÉRÉES

L’engagement des compagnies fédérées

 

La grande nouveauté de ce projet réside en la présence permanente de nos équipes artistiques dans les murs du théâtre.

C’est aux Compagnies Fédérées qu’il reviendra de donner une âme au lieu, une identité artistique ; identité que nous tâcherons de rendre la plus pertinente possible au cœur d’un paysage toulousain dont nous accompagnons les mutations depuis plusieurs années.

Les compagnies fédérées assumeront également la prise en charge artistique, logistique, matérielle et humaine du fonctionnement du lieu, depuis l’intendance la plus prosaïque jusqu’au plus immatériel de ses aspects poétiques.

 

Les créations des compagnies fédérées

 

Selon un calendrier mutualisé, chaque compagnie bénéficiera d’un temps de plateau pour travailler soit à la création, soit à la reprise de ses spectacles programmés en tournée.

Depuis le mois de septembre s’y sont ainsi succédées les répétitions de « Barbara et moi » de Querida Compagnie, « Vania » d’après Tchekhov, prochaine création du Collectif FAR et la reprise de « La Fausse Suivante » de Marivaux, « Bar » de Spiro Scimone prochaine création de l’Emetteur Compagnie et la reprise de « Nunzio » de Spiro Scimone. Dans le cadre des créations, les différentes étapes de travail seront l’occasion de rencontres et d’échange avec le public.

COLLECTIF FAR

Principes fondateurs.

Cécile Carles, Olivier Jeannelle, Sylvie Maury, Laurent Pérez et Denis Rey, comédiens et metteurs en scène, avons décidé en 2012 la constitution d’un collectif d’acteurs fondé sur le désir partagé d’un principe mutualisé de choix et d’action.

Notre souhait est de rassembler nos expériences afin de mettre en chantier des projets que nous voulons choisir. Sans hiérarchie, nous pensons que le fonctionnement horizontal de notre collectif peut être le fer de lance bénéfique d’une émulation créatrice, d’une construction partagée, où chacun d’entre nous, en dépassant le statut de simple exécutant devient l’acteur conscient d’une prise de parole décidée ensemble. Chacune de nos créations est l’occasion d’une réflexion commune sur notre art, sa pertinence, voire sa nécessité, ainsi que sur le dialogue qui peut exister entre l’oeuvre choisie et notre temps présent.

Pour se faire, nous nous proposons d’explorer des textes, classiques ou contemporains. Nous nous mettons constamment en quête d’écritures susceptibles de stimuler un théâtre de l’engagement total des corps et des esprits auquel nous aspirons. Ne nous revendiquant d’aucune chapelle esthétique, nous cherchons systématiquement dans le texte les ressorts le mieux appropriés à sa réalisation, en vue d’une rencontre avec un public. Rencontre sous la forme d’une assemblée théâtrale à la fois ludique, stimulante et -forcément- politique, où chacun doit pouvoir devenir responsable de la place qu’il occupe, du point de vue qu’il adopte et de la parole qu’il porte avant, pendant et après la représentation…

Le Collectif FAR souhaite interroger la responsabilité de chacun en considérant le moment de la représentation théâtrale comme l’épisode privilégié d’un acte social. Loin de toute pratique consumériste, il ne veut pas offrir un spectacle formaté devant une assemblée passive, mais partager un événement commun, nourri des expériences et des imaginaires de tous. Acteurs et spectateurs pouvant dès lors se reconnaître, se retrouver et éprouver la même aventure humaine.

QUERIDA CIE

 

Dans la continuité d’un parcours riche de rencontres artistiques déterminantes, Sylvie 
MAURY, comédienne et artiste dramatique depuis une quinzaine d’années, souhaite prendre des risques et apprendre toujours. Elle parvient à catalyser des énergies autour de ce désir d’agir. C’est ainsi que naît en janvier 2012, la compagnie de spectacles vivants, QUERIDA Cie.

Elle a pour objet la création de spectacles vivants, et principalement la création théâtrale. Mais elle affirme aussi une volonté d’ouverture dans l’expression artistique qui pourra prendre différentes formes : lectures-spectacle, lectures-musicales, créations d’écriture, etc…

QUERIDA Cie a une volonté forte de s’ancrer dans la cité et s’attache donc également
 au partage et à la transmission au travers de la formation et de la sensibilisation aux disciplines artistiques (ateliers de lectures, de théâtre, etc..).
 Le dernier projet de création de la compagnie est Royaume de Femmes ! des lectures
 musicales de nouvelles de Tchékhov autour de la figure féminine. Ce projet fut créé en
 collaboration avec le musicien Sylvain Loyseau et le metteur en scène Laurent Pérez.

La prochaine création de la compagnie est BARBARA ET MOI un projet théâtral et
 musical autour de la chanteuse et femme artiste Barbara. Cette création sera le fruit
 d’une nouvelle collaboration entre Sylvie Maury et Laurent Pérez.

Parallèlement à ses nouvelles créations, QUERIDA Cie continue de diffuser le
 spectacle La Douleur de Marguerite DURAS que porte Sylvie Maury depuis 2007.

L’ÉMETTEUR COMPAGNIE

 

L’Emetteur Compagnie repose sur l’association des deux acteurs-metteurs en scène que sont Olivier Jeannelle et Laurent Pérez.

Olivier Jeannelle et Laurent Pérez travaillent de concert depuis une douzaine d’années, tant sur leurs créations propres que sous la direction d’autres metteurs en scène (notamment Maurice Sarazin, Didier Carette et Sébastien Bournac…).

À travers ses créations, l’Emetteur creuse le sillon d’un théâtre éminemment politique, où la scène est le lieu d’une parole en prise avec le réel. En regardant le monde depuis ses marges, le théâtre de la compagnie interroge la capacité réactive de l’individu dans son rapport à l’oppression systémique – qu’elle soit familiale, politique ou sociétale.

À partir du texte et sur le principe de l’acteur-créateur, nos sensibilités différentes autant que complémentaires nous permettent de déterminer la forme la plus appropriée pour chaque création : affranchi de tout postulat formaliste, c’est bien le fond véhiculé qui décide de l’esthétique du spectacle.

Création 2016

Bar de Spiro Scimone (traduction de Jean-Paul Manganaro – L’Arche éditeur)

Le Chant de la piste ouverte

Créations

Nunzio

Nunzio – dossier

Le testament du vampire

In Bed wtih Baudelaire et Looking for B

La secrète obscénité de tous les jours

Un monologue ou presque

COMPAGNIE POST PARTUM 

Nom masculin invariable. Du latin : Après l’accouchement.

 

Le travail d’élaboration lent de la conception à la création, mène souvent à cette période que l’on nomme post partum, où le vide s’invite avant de rebondir plus encore.

La compagnie voit le jour en août 2007, elle naît d’une rencontre de femmes, Stéphanie Barutel, Cécile Carles et Valérie Pangrazzi.

Telle un paysan qui laboure sa terre, au milieu de sa poésie, la compagnie parle de culture.

Elle crée : Je vous écris d’un pays lointain, H. Michaux et Haute-Autriche, F.X Kroetz.

En 2016, La Compagnie est en création pour La Fille qui sent le tabac, de et avec Cécile Carles

Observer le Monde par le petit trou de la lorgnette.

Mettre au centre les « petites gens » et se faire humble.

Comme on prend sa gamelle et qu’on part au travail, se mettre au service de textes.

« Petits spectacles » et grand projet d’un théâtre populaire.

Dans le minutieux, toucher à l’importance sociale.

Fabriquer des formes simples et sublimer l’insignifiant.

Haute Autriche :

Création 2016

La Fille qui sent le tabac