TPN | 1ère édition du Festival des Compagnies Accueillies
17383
post-template-default,single,single-post,postid-17383,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,vertical_menu_enabled,side_area_uncovered_from_content,qode-theme-ver-7.6.2,wpb-js-composer js-comp-ver-4.6.2,vc_responsive

1ère édition du Festival des Compagnies Accueillies

06 Nov 1ère édition du Festival des Compagnies Accueillies

C’est avec un immense plaisir que le TPN organise cette première édition du Festival des Compagnies Accueillies !

Ce tout nouveau festival, est l’aboutissement des résidences ayant eu lieu en son sein au cours de la saison passée.

Depuis, ces créations ont depuis vu le jour et viennent s’offrir au public, dans ce théâtre où elles furent en partie rêvées et construites.

Écritures contemporaines et classiques, tragiques ou lyriques, elles sont l’expression des préoccupations et des nécessités, des interrogations aussi, que le monde actuel suscite.

Trois compagnies régionales, des artistes travaillant et vivant ici, dont les projets ont su nous toucher par leurs engagements et qui sont à découvrir sans tarder.

LA MUETTE – jeudi 16 et vendredi 17 novembre 20h30

d’après Chahdortt Djavann – Cie A’Corps Imparfaits

 

LA LÉGENDE DE SAINT JULIEN L’HOSPITALIER – jeudi 23 et vendredi 24 novembre 20h30

de Gustave Flaubert – Cie du Rêvoir

 

ASILE CLUB – jeudi 30 novembre et vendredi 01 décembre 20h30

création de Marlène Llop sur un texte de Manu Berk – Collectif Balle Perdue

 

RÉSERVEZ VITE ! billetterie.theatredupontneuf@gmail.com  – 05 62 21 51 78

La MUETTE

d’après Chahdortt Djavann

Création de la Cie A’Corps Imparfaits

avec Alexandra Malfi, Antoine Bersoux

mise en scène : Marie-Paule Gesta

création musicale : Paco Serano

– jeudi 16 et vendredi 17 novembre 20h30

 

En Iran, Fatemeh, 15 ans, écrit depuis sa cellule, en attendant l’heure de sa pendaison.

Elle rapporte dans un récit lumineux l’histoire terrible de sa famille, ainsi que son parcours tragique.

Au travers d’un quotidien familial, se noue en filigrane une histoire d’amour passionnel qui se heurte à l’obscurantisme et à l’arbitraire. Une histoire d’amour qui pourrait être simple, mais dont le destin tragique en fait un témoignage poignant sur l’aveuglement humain.

Ce roman percutant et extrêmement touchant, met en lumière des personnages magnifiques, emportés dans un tragique destin parce qu’ils sont privés de pouvoir (agir librement) sur leur propre vie.

On sort de ce récit bouleversé, ému et en colère; et pourtant, jamais on ne désespère de l’être humain.

Les personnages, déterminés, brillent par leur intelligence et leur générosité.

Un roman lumineux qui nous rappelle que rien ni personne ne peut tuer le désir de vivre libre.


La LÉGENDE de SAINT JULIEN l’HOSPITALIER

de Gustave Flaubert

Mise en scène : Rachel Da silva, Jérémy André, Anne Da silva

Jeu : Rachel Da silva

Musique : Jérémy André

Scénographie : Anne Da silva

– jeudi 23 et vendredi 24 novembre 20h30

 

C’est « l’histoire de Saint Julien l’Hospitalier, telle qu’on la trouve, sur un vitrail d’église dans son pays » que nous conte Gustave Flaubert.

Il nous mène sur le chemin de croix d’un jeune seigneur qui quitte brutalement la vie de château pour celle d’un vagabond hanté par la rédemption de son parricide. Happé par un désir sans fin, par une volonté de puissance, amené au meurtre, à la faute, l’errance, le doute et la rédemption, Julien nous fait faire, avec lui, l’épreuve de ce chemin juché d’expériences dont la charge symbolique, portée par les mots de Flaubert, frappe notre imaginaire et notre entendement comme le trait d’une flèche.

Ainsi quand bien même nous avons perdu la conscience de ces mythes qui nous ont fondés nous nous reconnaissons dans ce bouillonnement de symboles archaïques et sauvages.


 

ASILE CLUB

Un projet de Marlène Llop

sur un texte de Manu Berk

Avec Soleima Arabi, Jérôme Coffy, Clément Danais et Pina Wood

– jeudi 30 novembre et vendredi 01 décembre 20h30

 

 » Entre théâtre et performance, Asile Club est une proposition orchestrée comme une partition visuelle et musicale.

Écrit en 26 chapitres, comme des évangiles profanes et anarchiques, Asile Club s’empare de la question migratoire et retourne la caméra sur soi, l’autre et le lapin.

Tous cherchent leurs propres refuges dans des réflexions qui déboulent à 400 km/h.
Dans cette zone, traversent une femme qui vide la mer, un golfeur qui tape ses 18 trous, un vendeur de survie…
Du radeau de la Méduse au FC Lampedusa, d’un dialogue entre Dante et un hooligan au procès de l’humanité, ces hommes provoquent la folie d’un monde et soufflent sur les cendres de sa renaissance.
Silence. Ciel ouvert. «